Hué, une ancienne cité impériale

Petite nouveauté dans les transports. Pour atteindre la ville de Hué, au centre du Vietnam, nous avons pris un sleeping bus ou bus de nuit. Ce sont de véritables dortoirs avec des lits individuels superposés. Et c'est sur les coups de 6 h que nous sommes arrivés, jeudi 31 mai, à Hué, connue, en partie, pour sa gastronomie et ses spécialités telles que Le Banh bot loc (raviolis de crevettes à la vapeur avec une pâte translucide dans laquelle se trouve une crevette... entière avec sa carapace !). Hué est aussi une ancienne cité impériale du Vietnam - et le seul exemple encore existant à ce jour.

 

Montage_Cité

C'est donc de bonne heure, ce jeudi, que nous sommes allés à la découverte de cette cité impériale, construite au bord de la rivière des Parfums au début du 19e siècle. Près de 80% des batîments ont été détruits pendant la guerre face aux américains. Au sein de cette citadelle se trouvait la cité interdite où vivait l'empereur et sa famille.

 

Montage_Tombeaux

Durant les dynasties impériales, des tombes ont été élevées aux alentours de Hué. C'est à scooter que nous en avons visité deux d'entre elles : la tombe de Khai Dinh (1885-1925), avant-dernier empereur du Vietnam, construite sur trois niveaux (ci-dessus : photos du haut) et celle de Minh Mang (1791-1841), qui comporte quant à elle pas moins de 40 monuments (ci-dessus : photo du bas).

 

Montage_Parc

Plus récent et bien différent, nous avons visité... un parc aquatique abandonné. Aquariums vides aux vitres brisées, manèges rouillés recouverts par les herbes folles, il ne manquait plus que quelques fantômes pour agrémenter le tout. Selon les rumeurs, il y a peu de temps encore s'y trouvaient quelques crocodiles sauvages.

 

34343823_10216457774621361_2827289250544746496_n

L'autre richesse de la ville de Hué tient au fait qu'elle se trouve à quelques minutes à scooter de la plage. Et nous avons pu en profiter le vendredi en début de journée, avec presque personne. Car si tôt la fin d'après-midi, les vietnamiens viennent en cohue profiter de leur week-end au bord de la mer.

 

Hoi An, un patrimoine conservé

 

Arrivés à Hoi An, c'est une toute autre histoire qui nous attendait car il pleuvait des cordes et nous sommes allés à pied jusqu'à notre hôtel (les taxis se faisant rares en cas de mauvais temps). Et les pluies vietnamiennes n'ont absolument rien à envier aux pluies bretonnes et il ne nous a fallu que quelques secondes pour être trempés de la tête au pied.

 

Montage_Ville

Ancien port marchand, la vieille ville d'Hoi An a été miraculeusement épargnée par les guerres du XXe siècle. La ville est inscrite au patrimoine mondiale de l'Unesco depuis 1999, et pour cause, ses ponts, ses vieilles maisons, les lampions et les bateaux qui parcourent la rivière lui confèrent une atmosphère bien particulière. Si Hoi An n'est plus un port depuis de nombreuses années, la ville tire son épingle du jeu par son charme mais aussi par les tailleurs qui en ont fait la renommée. 

Montage_Monuments

Nous avons aussi déambulé au coeur de la vieille ville, découvrant le pont japonais (qui symbolise leur amitié avec le Vietnam et que l'on retrouve sur certains billets de monnaies), d'anciens temple cantonais et chinois, ou d'anciennes maisons de riches marchands. Nous sommes aussi allés découvrir un spectacle au Lunar center performing. Au programme : arts martiaux et acrobaties avec des musiques traditionnelles.

 

34727805_10216503387081644_697527543846141952_n

Vendredi, c'est une rencontre à l'extérieur de la ville qui nous attendait avec M. Phong. Nous l'avions rencontrés, la vieille, grâce aux conseils d'amis voyageurs. Ancien combattant du sud-Vietnam, il raconte l'histoire de son pays, son histoire personnelle et celle de sa famille, le quotidien des vietnamiens et leurs croyances. Après cet exposé, nous avons marché tous les trois dans son village où il nous a présenté, tour à tour, le marché, la maison de son voisin qui fait fermenter du riz pour en tirer de l'alcool (ci-dessus), les élevages de cochons ou de poules, ainsi que les temples. Plusieurs familles ont, en effet, un temple particulier où elles viennent se recueillir, une fois par an, pour prier leurs ancêtres.

Nous devions quitter Hoi An dimanche mais, le chauffeur du bus ayant oublié de venir nous chercher, c'est aujourd'hui, lundi, que nous prenons la route pour le sud du Vietnam.